% ATTAC - Bruxelles 1 %
Accueil > AGENDA > L’agenda Attac > LET’S MAKE MONEY d’Erwin WAGENHOFFER

Cinéma d’ATTAC à l’Arenberg

LET’S MAKE MONEY d’Erwin WAGENHOFFER

Jeudi 18 juin 2009, 20h30


Vous avez plébiscité « WE FEED THE WORLD » ?

Vous allez ressusciter.

Le Cinéma d’Attac présente

en avant-première,

LET’S MAKE MONEY

d’Erwin WAGENHOFFER


Un reportage sidérant sur la présente crise financière et celle qui va suivre. Inévitablement...

Dès 20 heures 30
le débat à ne pas manquer
QUE LES BANQUES BANQUENT, ET QUE LA BOURSE REMBOURSE !

Avec notamment Bernard BAYOT (Directeur du Département « Recherche » auprès du Réseau Financement Alternatif)


En résumé

Ambiance ! Sur l’agrobusiness et la nouvelle dictature alimentaire (en passe de tout bouffer : le genre humain et l’environnement), We Feed the World avait été célébré comme un véritable événement.

Aujourd’hui, le réalisateur Erwin Wagenhofer revient. Avec Let’s Make Money. Un film hallucinant sur le système financier mondial ; une enquête stridente sur le cycle mortifère de l’argent-roi ; une parabole sensationnelle sur la mondialisation, anticipant le déferlement de la crise actuelle.

Documentaire d’avant la récession mondiale (quand la violence de l’argent restait ordinaire), Let’s Make Money parvient –c’est un exploit– à représenter l’univers de la finance-cannibale à travers les postures de ses bouffons et les gestes de ses serfs. Remarquablement filmé, Let’s Make tire le meilleur parti de plans séquences incroyables. Des visages et des mots ; des maux et des virages. Sans voix off concernante, il nous embarque avec des acteurs et des témoins d’une guerre sans nom. Il y a ce cotonnier burkinabé : « On va vous envahir, on n’a pas le choix. » Il y a ce petit Indien d’un bidonville de Madras, dont le cerf-volant et les rêves brûlent de s’élever au-dessus d’une forme de conjuration. Il y a surtout les « assassins financiers », les pousse-au-crime économique. Ces bad boys aux convictions sans remords. Qui n’ont même pas peur de réciter leur croyance fondamentaliste envers le dieu-marché. De dire leur religion aveuglée par la compétition à tout prix. « L’investisseur ne doit pas être responsable de l’éthique, de la pollution ou de quoi que ce soit. Qu’importe ce que produit la compagnie dans laquelle il investit », déclare Mark Mobius, président de Templeton Emerging Markets (un célèbre fonds d’investissement). Dans son bunker free-tax de Singapour, il avouera même, sans sourciller : « Quand le sang coule, c’est tout bon pour le business. Le meilleur moment pour acheter, c’est lorsque le sang se répand dans les rues. Même si c’est le vôtre »…

KRACH. Cohortes de pauvres écrasés par le travail dans les mines du Ghana. Silhouettes faméliques et harassées d’enfants africains trimant à mains nues dans des déserts de rocailles. Ouvriers clandestins employés à construire les villes fantômes d’Almeria (Andalousie)…, il ne fait pourtant aucun doute que la partie la plus opérante du documentaire se situe dans les pays occidentaux. Sur la côte espagnole (là où We feed the World filmait des centaines de milliers d’hectares adonnés exclusivement aux cultures intensives de la fraise, par exemple), on découvre ici les spéculateurs immobiliers qui font jaillir de terre d’énormes complexes hôteliers –catégoriquement vides de tout client– et dont on apprendra que la construction n’avait pour seul but que d’organiser « le retour sur investissement » et la spéculation qui va avec (« Depuis 18 ans, les appartements construits sur la Costa del Sol ont rapporté –aux agences immobilières, aux entreprises et aux banques– des profits annuels de l’ordre de 20%. Alors qu’habituellement les placements en Bourse, c’est 5 à 6%. Résultat : des milliers de constructions vides qui s’écroulent lentement mais sûrement »).

Cependant, le film n’est pas mystique. Des témoins prennent de la hauteur et fournissent des grilles de compréhension. John Christensen brosse le portrait des paradis fiscaux (dont l’île britannique de Jersey), souligne leur rôle crucial dans l’appauvrissement des pays du Sud. Le député de gauche allemand Hermann Scheer prévient des risques cataclysmiques qui nous menacent, si rien n’est fait pour contrecarrer la financiarisation de l’économie (« Si nous ne créons pas un nouveau mode de répartition des richesses, ce qui a abouti à la Seconde Guerre mondiale se reproduira sous une autre forme. C’est une nouvelle ère de barbarie qui s’ouvrira »). John Perkins (ancien raider capitaliste qui a changé de camp) synthétise pédagogiquement le Consensus de Washington (véritable catéchisme libéral, fruit monstrueux des séminaires du Mont-Pèlerin organisé par Friedrich August von Hayek). Mais le témoignage le plus fort émane du souriant Francis Kologo, agronome burkinabé, défenseur des paysans contraints à la dévastatrice monoculture du coton : « Vous pourrez bien élever des murs de dix mètres de haut. Si rien ne change, les peuples du Sud viendront vous envahir, poussés par la faim ».

TRASH. Wagenhofer est un formidable pédagogue. Il présente les deux extrêmes de l’économie mondialisée (des extrémités qui transpirent toutes les deux) ; deux mondes qui s’interpénètrent sans jamais se rencontrer. Dans l’un, on sue à ramasser du coton ou on saigne à extraire du minerai ; dans l’autre, on « fait » de l’argent. Entre les deux, les flux invisibles de la finance mondiale. Des bidonvilles de Chennai (en Inde) aux banques de la City londonienne, des champs de coton du Burkina Faso aux gratte-ciel de Singapour, le cinéaste s’attaque à l’opacité d’un système complexe dont il dévoile les mécanismes les plus tordus, les plus tortueux.

A aucun moment on ne peut douter du propos d’Erwin Wagenhofer : l’argent est le véhicule de l’oppression. Les paysans du Sahel produisent le meilleur coton du monde, mais les subventions du gouvernement américain (aux fermiers du Sud des Etats-Unis) les empêchent d’accéder au marché mondial.

Pour travailler, l’argent a besoin de cynisme. Que devient-il une fois mis en banque ? A quoi jouent les banquiers ? A qui profitent les placements ? Au fil de sa démonstration, le réalisateur autrichien pointe les impacts concrèts d’une économie démente, régie par une avidité absolutiste : tramways viennois privatisés (rachetés par un fonds de pension américain), « tueurs économiques » missionnés par les pays riches pour saigner le tiers-monde endetté. Subtil jusque dans sa façon de manier l’ironie, le cinéaste filme ses interlocuteurs dans les transports (taxi, avion, train, téléphérique), comme pour se moquer de ces affairistes pressés, pour qui le temps reste encore et toujours de l’argent.

CASH. Mais E. Wagenhofer revient aussi sur des pratiques discrétionnaires et scandaleuses qui font que moins de 3% des individus les plus « fortunés » de la planète s’enrichissent au détriment de tous les autres. Avec en point d’orgue, une statistique ahurissante, celle de l’évasion fiscale qui à elle seule représente 250 milliards de dollars par an –une fois imposés les 11,5 trillions de dollars cachés dans les paradis fiscaux. « Nous sommes au début de la plus grande crise économique de tous les temps, une crise qui s’est autogénérée. Cela finira très mal, c’est ce que disent beaucoup de gens qui s’y connaissent mieux que moi », affirme le cinéaste. Film implacable, sans grandiloquence ni simplisme, Let’s Make Money est le plus impressionnant ouvrage cinématographique jamais réalisé sur l’impasse à laquelle le système nous a menés. Car, désormais, c’est droit dans le mur, et en klaxonnant.

En ce sens, le dernier long-métrage de Wagenhofer mérite d’être salué en dépit de son opportunisme involontaire et inopiné. Pour les questions qu’il pose, le constat insensé qu’il dresse et les solutions radicales qu’ils nous enjoint de trouver.

Let’s Make Money ? Un film militant, intelligent et diablement mobilisateur. A ne pas rater.

Jean FLINKER


LET’S MAKE MONEY
Autriche 2008 Durée 107 minutes

Au cinéma ARENBERG
26 Galerie de la Reine - 1000 Bruxelles

Prix d’entrée :
6,6 euros y compris pour le débat (Article 27 : 1,25 euro)

titre documents joints


SPIP