% ATTAC - Bruxelles 1 %
Accueil > Journal Angle d’Attac > La grande controverse au sein du Mouvement

La grande controverse au sein du Mouvement

Comment s’opposer efficacement à la politique turbo-libérale appliquée par les aumôniers de « la bonne gestion » (qu’ils appartiennent à la droite irresponsable ou aux partis socialistes responsables) ? Désormais, à gauche, le débat est incendiaire.


La grande controverse au sein du Mouvement

La réalité doit être regardée en face : les forces propulsives du mythe européen arrivent en bout de course. Les solutions proposées –de la droite possédante à la gauche possédée– ne font qu’accélérer la mise en place de politiques s’inspirant, jusqu’à la caricature, des dogmes de la pensée de marché.

Comment sortir de cette crise sans fin ? Comment s’opposer efficacement à cette politique turbo-libérale mortifère qu’appliquent les aumôniers de « la bonne gestion » (qu’ils appartiennent à la droite irresponsable ou aux partis socialistes responsables) ?

Commencer à répondre à ces questions n’est rien d’autre que réinitialiser le débat sur le « Que faire, maintenant ? »… sans avoir peur de susciter les controverses et d’aller à la renverse des idées établies, des opinions enfoncées dans les têtes par un pilonnage médiatique généralisé.

Se désengager de l’Union européenne telle qu’elle est (détestable), pour ne pas souffrir de celle (abominable) qui se prépare ? C’est possible, en formulant une stratégie de rupture « concrète, unilatérale, directement applicable ».

Telle est la proposition avancée désormais, en France, par des intellectuels de renom défendant l’idée de « démondialisation ». Une qualification qui a suscité et continue de provoquer un énorme tohu-bohu. A droite, c’était attendu. Mais à l’autre bout de l’échiquier ? De fait, là aussi un véritable front du refus s’est constitué pour faire flèche de tout bois. A sa tête… ? Attac-France, rien moins.

Or « la démondialisation » retravaille la configuration idéologique de la gauche –partagée entre une force politique d’accompagnement de la mondialisation néolibérale, et une gauche antilibérale –qui doit, pour convaincre, construire un programme anticapitaliste concret aux étapes échelonnées.

Voilà, en tous cas, la thèse défendue par six auteurs connus –dont les écrits foudroyants sont ici réunis.

PDF - 1.7 Mo

SPIP