% ATTAC - Bruxelles 1 %


SAMIR AMIN aurait pu être un intellectuel choyé par les bourgeoisies des Etats « développés ». Il a choisi de ne jamais l’être. Au contraire, il a passé toute son existence à produire une pensée contestataire, « une critique de l’économie politique de la mondialisation » déconnectée de tout a-priori « occidentalo-centriste ».
Analyser le monde tel qu’il est, et énoncer ce qu’il devrait être au regard d’une civilisation vraiment humaine… ? Pour cette visée, Amin a toujours cherché à se définir d’abord comme une « marxiste du Sud ». Un point de vue du Sud, ce n’est pas seulement un changement de perspective ; c’est partir du coin aveugle de la planète pour en éclairer et en rendre visible la globalité. Samir Amin est ainsi devenu –au fil du temps– un auteur (re)connu dans les pays du Tiers-Monde. Et par-delà.
Théoricien principal de « l’altermondialisme », écrivain prolixe, professeur emphatique, conférencier passionnant, débatteur hors-pair…, ses thèses iconoclastes ont sans cesse mêlé lucidité, franchise et honnêteté déconcertantes.
Aussi, ce numéro exceptionnel d’Angles d’Attac [le journal illustré d’Attac-Bruxelles 1] n’est pas un faire-part de circonstance. Certes, Samir vient de mourir à l’âge de 87 ans. Mais en publiant ces derniers textes et articles (sur la Chine, le djihadisme, l’actualité du marxisme, l’implosion programmée de l’Union européenne ou le Brexit…), nous pensons modestement faire « œuvre utile » : permettre à celles et ceux qui ne le connaissaient pas bien, de découvrir un penseur attachant, un militant courageux, un homme libre.

Clique ici !

PDF - 13.3 Mo

SPIP